ISSN 2269-5141 Qui sommes-nous ?  Mentions légales

Accueil > Philosophie moderne > Nietzsche : Sur l’invention de la morale

Nietzsche : Sur l’invention de la morale

mardi 10 avril 2018

Traduction (Allemand) : Éric Blondel, Ole Hansen-Løve, Théo Leydenbach, Pierre Pénisson
Édition : Arnaud Sorosina
Le « bien », le « mal » : ces « valeurs », qui infléchissent nos pensées, nos jugements et nos actions, nous semblent évidentes, voire naturelles. À tort, nous dit Nietzsche. Ce sont en réalité des habitudes qui nous sont inculquées, depuis les temps archaïques, par les châtiments les plus cruels. Pire : loin d’être une marque d’humanité évoluée, elles sont le symptôme d’une civilisation malade de sa morale.
Aux yeux de Nietzsche, le véritable coupable est la religion chrétienne qui, depuis deux millénaires, a imposé un système de valeurs essentiellement hostile aux instincts premiers de la vie. L’homme « moderne » a forgé sa conscience morale dans la conviction d’avoir fauté, instillant en lui remords et veulerie. Médecin de la civilisation, le philosophe appelle de ses vœux un renversement de cette forme pathologique de la morale – renversement qui redonnera à la vie sa noblesse et à l’homme sa joie, sa force, sa santé.

Dossier :
1. Temporalités de la généalogie : histoire, évolution, élevage
2. Fondements de la généalogie : culture, droit et morale.

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin