ISSN 2269-5141 Qui sommes-nous ?  Mentions légales

Accueil > Philosophie antique > Platon : Le Politique

Platon : Le Politique

mardi 4 septembre 2018

S’il n’arrive pas, dit Socrate dans la République, que pouvoir politique et philosophie en viennent à coïncider, il n’y aura pas de terme aux maux des cités et à ceux du genre humain. Pourquoi alors se mettre à la recherche du politique plutôt qu’à celle du philosophe ? Sans doute parce que, dans la République, une question restait en suspens : comment doit-il gouverner, ce philosophe ? En fonction d’un savoir, mais qui soit politique et permette d’agir sur des réalités en devenir. Agir, ce n’est pas réagir, c’est avoir la maîtrise du temps et faire preuve d’une juste mesure qui n’est pas un juste milieu. Distinguée de l’art sophistique qui en a toujours usurpé le nom, la politique se trouve ainsi affranchie de la visée impérialiste de l’argent et du commerce, de la compétence administrative et de la théologie traditionnelle. Voilà qui donne à ce Dialogue une singulière actualité.
Mais encore faut-il faire coexister des hommes qui ne sont pas naturellement faits pour vivre ensemble. La politique n’est pas seulement dépourvue de fondement naturel, elle n’a pas de fondement anthropologique : ce n’est donc pas un art à théoriser, c’est un art à inventer. L’Étranger d’Élée y réussit, sans pourtant nous dire ce qu’un politique doit être. Quant à Socrate, après le prologue, il écoute et se tait. Que veut nous faire entendre ce silence, sinon que quelque chose manque ?

Introduction, traduction et commentaire par M. Dixsaut, avec D. El Murr, M.-A. Gavray, A. Hasnaoui, É. Helmer, A. Larivée, A. de la Taille et F. Teisserenc

Vrin - Bibliothèque des Textes Philosophiques – Poche
632 pages - 11 × 18 cm
ISBN 978-2-7116-2827-8 - juin 2018

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin