Jean Lacoste : La philosophie de l’art

Il n’est pas besoin de rappeler la traditionnelle méfiance des philosophes envers l’art et les artistes. Ainsi la philosophie de l’art, inaugurée avec Platon, commence-t-elle paradoxalement par une condamnation des « beaux-arts » et de la poésie. Cependant la philosophie de l’art peut naître lorsque l’expérience esthétique devient problématique. Primitif, exotique, populaire, gothique, brut, naïf, l’art se charge lui-même de faire éclater toute définition canonique du beau, contestant les évidences esthétiques héritées du passé. La philosophie de l’art n’est donc pas dans la tête du philosophe : elle est requise par l’histoire récente de la définition des « beaux-arts ». Quelles questions l’art pose-t-il à la philosophie ? Quelle énigme, mais aussi quels défis, la figure de l’artiste représente-t-elle pour le philosophe ?

Posted in Brèves, La Philosophie dans tous ses états and tagged , , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).