ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie Politique > Corine Pelluchon : L’autonomie brisée

Corine Pelluchon : L’autonomie brisée

mardi 18 février 2014

« Le respect de l’autonomie individuelle est en médecine ce que les droits de l’homme sont dans la vie civile. Il permet de lutter contre toute forme de discrimination et d’exploitation des populations les plus vulnérables. Il garantit le respect de l’individu considéré comme une personne et une fin en soi, et non comme un simple moyen qui serait utilisé par un homme doté d’un pouvoir et d’un savoir supérieurs […]. Ces principes indiscutables sont une des assises de notre civilisation. Pourtant, on peut se demander si le principe d’autonomie, dont le succès sera solidaire, dans les années 1970 – au moment même où le mot “bioéthique” apparaît –, d’un mouvement général de contestation de l’autorité et d’érosion de la confiance, suffit à garantir le respect du malade. »
Cet ouvrage couvre un ensemble de questions posées par le clonage, la décision d’arrêt et de limitation de traitement, l’euthanasie et le suicide assisté, la prise en charge des grands vieillards et des personnes handicapées, la procréation médicale assistée, les thérapies géniques germinales et somatiques. Son originalité est que la bioéthique est étudiée du point de vue de la philosophie politique. L’objectif est de dépasser à la fois la bioéthique religieuse et l’éthique minimale. Ce travail passe par la déconstruction de l’éthique de l’autonomie qui subordonne la dignité à la possession de la raison, à la maîtrise de soi et à la compétitivité et colporte des représentations négatives de la vieillesse et du handicap qui s’opposent à l’idéal de solidarité affiché par certaines institutions. À cette éthique de l’autonomie s’oppose une éthique de la vulnérabilité inspirée par la philosophie de Levinas et par l’accompagnement des personnes en fin de vie et des malades atteints d’affections dégénératives du système nerveux. Solidaire de la dénonciation de certains traitements infligés aux animaux, cette éthique de la vulnérabilité peut inspirer le politique et promouvoir un humanisme où notre responsabilité s’étend aux vivants non humains et aux générations futures.

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin