ISSN 2269-5141

Accueil > La Philosophie dans tous ses états > Fabrice Gzil : La maladie du temps. Sur la maladie d’Alzheimer

Fabrice Gzil : La maladie du temps. Sur la maladie d’Alzheimer

lundi 10 mars 2014

Analyser philosophiquement la maladie d’Alzheimer conduit à découvrir qu’elle est, plus encore que les autres maladies, une maladie du temps. Elle est devenue, après le cancer et le sida, la maladie mythique de notre époque. La temporalité souvent déroutante de son évolution déjoue les modèles habituels du soin, et loin de n’être qu’une maladie de la mémoire, elle pourrait se décrire comme une perte progressive du sens du temps.
Du fait de son rapport au temps, la maladie d’Alzheimer est un bon point de départ pour penser le soin. Elle suggère que le temps n’est pas un élément accessoire ou secondaire du soin, mais que le soin pourrait, à bien des égards, se définir comme un sens – et un souci – du temps.

Table des matières

L’oubli du temps
1. La maladie mythique du temps présent
2. Une temporalité d’évolution paradoxale
3. Une modification radicale du rapport au temps

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin