ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie contemporaine > Arianna Sforzini : Michel Foucault, une pensée du corps

Arianna Sforzini : Michel Foucault, une pensée du corps

samedi 12 avril 2014

Le corps traverse la pensée de Michel Foucault comme un fil rouge. Cadavre ouvert sur la table d’autopsie, masse opaque au miroir de laquelle l’homme, objet/sujet des sciences humaines, aperçoit son reflet fondateur et inquiétant. Corps morcelé du supplicié, corps « infâme » face au corps surpuissant du roi. Corps de l’ouvrier rendu docile par les techniques disciplinaires. Corps agité de la convulsionnaire, tordu de l’hystérique face aux demandes de vérité du médecin ou du confesseur. Corps du sage antique, rompu aux pratiques diététiques ou éthiques. Corps utopique, double, imaginaire.
À travers cette panoplie bigarrée, la question de la vérité du corps est mise hors jeu. Il n’existe pas un concept univoque, une nature essentielle du corps. Seulement des histoires, des récits de batailles. Car si le corps est bien le lieu d’inscription du pouvoir, il en est aussi l’instance de contestation, de vérification, d’altération. Le corps fait valoir partout la résistance grimaçante et rieuse de l’immanence.

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin