ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie moderne > Delphine Kolesnik-Antoine et Marie-Frédérique Pellegrin (dir.) Elisabeth de (...)

Delphine Kolesnik-Antoine et Marie-Frédérique Pellegrin (dir.) Elisabeth de Bohême face à Descartes : Deux philosophes ?

mercredi 23 avril 2014

Le titre même de ce volume, sous forme d’interrogation, est à comprendre comme un postulat. Il s’explique comme suit : il s’agit de s’interroger sur la pensée philosophique d’Élisabeth tout autant que sur celle de Descartes. La réflexion d’Élisabeth semble en effet posséder une dimension philosophique à deux titres au moins : d’abord parce que la princesse entretient un dialogue philosophique de haute tenue avec un autre philosophe, en déployant des arguments pertinents ; ensuite parce qu’elle développe peut-être elle-même des thèses qui lui sont personnelles, qui seraient des thèses au sens fort et pleinement philosophique du terme, et dont l’étude pourrait être affinée par la prise en considération de ses très nombreux autres correspondants.
Reste un scrupule : celui de trahir le souhait même d’Élisabeth de cantonner ses échanges intellectuels au plan privé, en la propulsant en pleine lumière et en lui faisant endosser une posture philosophique qu’elle a soigneusement évitée de son vivant. Qu’on songe qu’elle voulait que cet échange soit codé ! Mais comme le premier « traître » fut Descartes lui-même, transmettant les lettres d’Élisabeth à Christine de Suède, considérons-nous comme habilités, en bons cartésiens, à divulguer la pensée de la princesse palatine. C’est à ce prix en effet, que nous pourrons redéfinir le rôle de cette dernière dans le cartésianisme, déterminer s’il existe une pensée propre d’Élisabeth et enfin, si elle existe, savoir en quoi elle consiste.
Ont collaboré à ce volume : I. Agostini, G. Belgioioso, S. Ebbersmeyer, D. Kambouchner, D. Kolesnik, C. Le Duc, V. Leru, E. Mehl, M.-F. Pellegrin, L. Schlierkamp et L. Shapi

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin