ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie Politique > Franck Fischbach : La production des hommes. Marx avec Spinoza

Franck Fischbach : La production des hommes. Marx avec Spinoza

dimanche 11 mai 2014

La lecture conjointe de Marx et de Spinoza que l’on tente ici se justifie de l’idée qu’est mise en œuvre par l’un et l’autre une rationalité d’un type différent de celui de la raison formelle, utilitaire et calculatrice portée et finalement réalisée par la modernité occidentale. On se propose d’explorer – pour une critique de la raison abstraite et formelle – les ressources offertes par la thèse, partagée par les deux philosophes, selon laquelle les hommes doivent être compris comme des « parties de la nature » (partes naturae, Teile der Natur) : peut alors être considéré comme ressors fondamental de l’aliénation tout procédé théorique et tout dispositif pratique aboutissant à la séparation des hommes et de la nature, à l’abstraction du sujet hors du monde objectif, à la formalisation de la raison indépendamment de ses contenus. Marx et Spinoza ont en commun d’avoir vu, en amont de toute Dialectique de la raison (et en ouvrant la voie qui y menait), que ces procédés et ces dispositifs d’abstraction du sujet et de subjectivation de la raison, instaurés initialement en vue d’assurer la maîtrise des hommes sur la nature et du sujet sur l’objectivité, devaient se renverser en leur contraire et finalement engendrer un sujet impuissant parce que dominé par ce dont il s’est lui-même séparé.
Cette nouvelle édition revue et corrigée est suivie en annexe d’un compte-rendu et d’une discussion des thèses de Frédéric Lordon dans Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza (2010).
Franck Fischbach est Professeur à l’Université de Strasbourg et membre du Centre de Recherches en Philosophie allemande et contemporaine (CRETAC)

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin