ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie moderne > Emmanuel Kant : Critique de la faculté de juger

Emmanuel Kant : Critique de la faculté de juger

mercredi 9 septembre 2015

Longtemps sous-évalué dans la tradition exégétique, la Critique de la faculté de juger (1790) réapparaît aujourd’hui, au fil du libre dialogue entretenu avec elle par une série de philosophes contemporains, pour ce qu’elle est vraiment : le couronnement du criticisme en même temps que l’un des plus profonds ouvrages auxquels la réflexion philosophique a donné naissance. En organisant sa réflexion autour de trois axes (la finalité de la nature, l’expérience esthétique, les individualités biologiques), Kant affrontait le problème de l’irrationnel qui, à travers le défi lancé aux Lumières par Jacobi, faisait vaciller la toute-puissance de la raison.
Cette traduction, qui invite à relire la Critique de la faculté de juger à partir de sa première introduction, laissée inédite par Kant, montre que consolider la rationalité, c’était aussi sauver l’unité de la philosophie par la mise en évidence de l’articulation entre raison théorique et raison pratique. Véritable lieu de la politique kantienne selon Hannah Arendt, émergence d’une pensée de la communication selon Jürgen Habermas ou Karl Otto Appel, la dernière des trois Critiques constituait ainsi, surtout, la réponse la plus subtile de la modernité à l’antirationalisme naissant.
Traduction, présentation, notes, chronologie, bibliographie et index par Alain Renaut

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin