ISSN 2269-5141

Accueil > La Philosophie dans tous ses états > Jacques Aumont : Le montage

Jacques Aumont : Le montage

lundi 2 novembre 2015

Ironie de l’histoire : après plus d’un siècle de spectacle cinématographique, des machines nouvelles remettent au goût du jour la pure reproduction de la durée, et le selfie permanent fait revivre, à échelle mondiale et pour des millions de sujets, la vue Lumière.
Le cinéma n’avait eu de cesse de dépasser cet état minimal de l’image mouvante, en lui ajoutant des qualités sensorielles, mais surtout, en apprenant à ne pas la laisser seule. Sans l’art du montage, il n’y aurait eu ni cinéma de fiction ni documentaire ni film poétique ; on aurait multiplié à l’infini des vues unitaires dénuées de sens. Malgré le caractère abrupt de sa formule, Godard n’a pas eu tort de dire que le montage était la seule chose inventée par le cinéma. Le cinéma n’a pas découvert le principe de montage : pourtant celui-ci est le cœur formel, esthétique, sémiotique de l’art du film, il est ce qui permet d’obtenir « une forme qui pense ».
Ce bref essai ne prétend pas remplacer un traité complet, mais rappeler pourquoi le cinéma a cultivé l’art du montage, ce qu’il en a fait, et tenter de comprendre ce qu’on peut espérer qu’il s’en conserve, à un moment où, dans les nouveaux usages sociaux, le règne de la vue est battu en brèche par celui de l’image.

Vrin - Philosophie et cinéma
104 pages - 11 × 18 cm
ISBN 978-2-7116-2651-9 - octobre 2015

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin