ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie contemporaine > Donatella Di Cesare : Heidegger, les Juifs, la Shoah

Donatella Di Cesare : Heidegger, les Juifs, la Shoah

samedi 13 février 2016

Au-delà du cercle des philosophes, c’est le monde de la culture qui a été ébranlé depuis la publication des Cahiers noirs de Martin Heidegger. La cas de ce philosophe s’est transformé en affaire médiatique.

« Pour qualifier l’antisémitisme de Heidegger j’ai choisi l’adjectif “métaphysique” qui ne l’atténue en rien. Il en indique au contraire la profondeur. Il s’agit d’un antisémitisme plus abstrait et, pour cette raison, plus dangereux encore. Mais “métaphysique” renvoie aussi à la tradition de la philosophie occidentale. Dans son “antisémitisme métaphysique”, Heidegger n’est pas isolé : il s’inscrit dans le sillage des philosophes allemands, notamment de Kant à Hegel et à Nietzsche.

Qui donc aujourd’hui se charge de penser philosophiquement “ce qui est advenu”, c’est-à-dire non seulement le Troisième Reich, non seulement Auschwitz, mais la “question juive” dans la philosophie occidentale ? Ces questions sont refoulées car considérées tacitement comme non philosophiques.

L’hostilité de nombreux philosophes envers les Juifs est passée le plus souvent sous silence. Il s’agit d’un chapitre obscur et inquiétant de la philosophie. Même si la pensée n’est pas l’action, la légitimation apportée par les philosophes, parfois malgré eux, à la solution finale de la “question juive”, est désormais soulevée. Il s’agit de briser le tabou affirmant que la raison philosophique n’a pas pu concevoir de la barbarie. »

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin