ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie médiévale > Thomas d’Aquin : l’âme et le corps

Thomas d’Aquin : l’âme et le corps

mercredi 8 juin 2016

Les questions 75 et 76 de la Somme de théologie (première partie) rassemblent l’essentiel de la conception de Thomas d’Aquin (m. 1274) sur l’essence de l’âme humaine et son rapport au corps. Ce texte majeur de l’histoire de la pensée est aux croisements de la philosophie et de la théologie et constitue l’aboutissement d’une longue élaboration de sa doctrine, où Aristote et la Bible sont censés se rejoindre. D’un côté, Thomas d’Aquin veut établir l’unité ontologique du composé corruptible qu’est la personne humaine. De l’autre, il doit sauver l’immortalité de l’âme. La solution réside dans la notion-clé de l’anthropologie thomasienne : celle de l’âme comme forme à la fois substantielle et subsistante. Etait-ce cohérent d’un point de vue théorique ? Etait-ce conceptuellement tenable ? Voilà l’enjeu.

Texte latin, traduction par Jean-Baptiste Brenet.
Introduction par B. C. Bazán.

Vrin - Sic et Non
232 pages - 13,5 × 21,5 cm
ISBN 978-2-7116-2688-5 - mai 2016

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin