ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie Politique > Georges Bataille : La limite de l’utile

Georges Bataille : La limite de l’utile

samedi 22 octobre 2016

La Limite de l’utile, entre la « Notion de dépense » et La Part maudite, constitue l’un des jalons essentiels de l’œuvre « politique » de Bataille. Il est publié ici pour la première fois séparément.
« […] il est nécessaire à la vie de se tenir à hauteur de la mort », écrit Bataille dans La Limite de l’utile. Commandement où se lit certes l’influence persistante de Hegel sur lui et le projet d’une histoire universelle qui portera bientôt le titre de La Part maudite ; commandement que Bataille déshégélianise cependant aussitôt en apportant cette précision : « Une communauté ne peut durer qu’au degré d’intensité de la mort, elle se décompose dès qu’elle manque à la grandeur particulière au danger. »

Par quoi l’on voit que la question, dès lors, n’est pas pour lui qu’ontologique, mais sociologique aussi, et économique. Certainement, l’une des singularités les plus grandes de son génie se mesure-t-elle au fait d’avoir su, durant les mêmes années du début de la guerre, mener de front l’écriture de L’Expérience intérieure et du Coupable, livres d’une expérience authentiquement intérieure, et celle de La Limite de l’utile, où l’expérience qui est entreprise est celle de l’universalité des formes de l’histoire.

Première version abandonnée de La Part maudite, La Limite de l’utile est aussi la seconde de « La Notion de dépense », écrit dix ans plus tôt. Mathilde Girard, qui postface cette édition, a raison d’y insister : il faut ne pas davantage séparer entre les textes qu’entre les expériences, il faut au contraire associer La Part maudite et La Limite de l’utile à L’Expérience intérieure, au Coupable, à la Méthode de méditation, rédigés dans les mêmes années. Ne pas les séparer pour mesurer que la recherche qui les soutient veut être menée par un fou, un saint (c’est ainsi que Bataille entend s’emparer des conclusions de la science).

La proposition de l’économie générale est impossible mais elle est seule à pouvoir soutenir l’expérience d’une connaissance liée à la perte de sens. La Limite de l’utile serait ainsi la version souveraine de La Part maudite – son revers, son ombre. Les arguments sont là, la généalogie de la gloire, de sa déchéance, mais comme portés par rien – rendus inutiles exactement. À cet endroit, cette « version abandonnée » de La Part maudite fait ressusciter un appel, une exigence, qui sont autant ceux d’une économie qui ne mépriserait pas la vie (jusque dans la mort), que d’une pensée qui contredit la promesse de toute consolation dans la spéculation capitaliste. Se soustraire à l’utilité – des activités, de la pensée – est un processus infini que commande une écriture infinie qui attend d’être communiquée.

Mathilde Girard : « À quoi reconnaît-on aujourd’hui une conduite glorieuse – une conduite glorieuse humainement, c’est-à-dire qui n’attendrait ni de l’au-delà ni de l’argent les bénéfices de sa dépense ? Cela se peut-il encore que des êtres, des groupes ou des communautés s’entendent à ne rien vouloir gagner – à pouvoir perdre ? Avec la “notion de dépense”, Georges Bataille nous parle de quelque chose qui n’a peut-être jamais existé et qui s’éloigne toujours davantage de l’horizon de notre économie. Ce n’est pas que le capitalisme ne sache pas gaspiller et détruire, c’est qu’il a depuis longtemps dépassé ses capacités réelles – il les a même troquées pour une activité imaginaire (une spéculation) qui a le pouvoir de faire apparaître de nouveaux territoires à coloniser. Il se passe de nous.
Ce qui brille, alors, et qui nous attire, qu’est-ce que c’est ?
Bataille répondra : ce n’est rien. »

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin