ISSN 2269-5141

Accueil > Philosophie renaissante > Jean-Michel Delacomptée : Adieu Montaigne

Jean-Michel Delacomptée : Adieu Montaigne

lundi 1er mai 2017

Montaigne incarne le pouvoir créateur du verbe auquel nous ne croyons plus, mais dont, souterraine, la nostalgie nous reste. Dans la serre où prolifèrent les chiffres que nous cultivons comme aucune civilisation avant nous, il nous manque un supplément d’âme. On le loge dans le désir sans bornes de biens superflus : illusion désormais évidente que dénonçait le petit châtelain chauve à la moustache fournie, presque toujours vêtu de noir et de blanc sous sa calotte, qui parlait comme il agissait, écrivait comme il parlait, et s’essayait à vivre selon la nature.
Dire adieu à Montaigne serait troquer l’humanisme qui s’attache à son nom contre un futur strictement prosaïque, où l’humanité, enclose dans sa bulle étanche, se penserait maîtresse de l’univers, sans limites à sa toute-puissance.
C’est ce qui se joue au-delà des Essais.
J.-M. D.

Un magnifique portrait du philosophe. Estelle Lenartowicz, Lire.

Une ode à la littérature. Sébastien Lapaque, Le Figaro littéraire.

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin