ISSN 2269-5141

Accueil > La Philosophie dans tous ses états > Eliane Escoubas :

Eliane Escoubas :

vendredi 15 septembre 2017

L’esthétique naît au XVIe siècle, au confluent de théories jusqu’alors distinctes : la théorie du sensible (aisthêsis), celle du beau et du goût, celle de l’art.
Ainsi apparue sous l’égide de la subjectivité des modernes, et entrant en connexion avec d’autres disciplines - philosophie de l’art, histoire et science de l’art -, elle assiste bientôt à la dissociation de la poésie et des arts plastiques - ces derniers seuls devenant son domaine propre ; elle est également contrainte, avec Hegel, à l’exclusion du " beau naturel " au profit du seul " beau artistique ". Elle promeut dès lors un concept d’art comme " expression ", puis comme " style ".
Le XXe siècle voit se produire une crise fondamentale de la notion de subjectivité ; le champ qu’occupait l’esthétique est désormais le lieu, non plus de l’expression de la subjectivité, mais de l’exploration de l’apparaître. L’esthétique reste- t-elle alors encore la tâche de notre temps ?

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin