Slavoj Zizek : Ils ne savent pas ce qu’ils font. Le sinthome idéologique

« Ils ne savent pas ce qu’ils font » : telle est la définition la plus exacte que l’on puisse donner de la méconnaissance fondant toute idéologie. Une telle méconnaissance, pourtant, ne témoigne pas d’un aveuglement ou d’une ignorance. Au contraire, elle témoigne d’une jouissance – une jouissance qui naît paradoxalement de l’injonction de renoncer à toute jouissance. Là où on ne sait pas, on jouit – et là où on jouit, il y a « sinthome » (comme le disait Jacques Lacan), il y a symptôme de l’idéologie. Ainsi, par exemple, le Juif est-il le sinthome du nazi, ou le traître révisionniste le sinthome du stalinien. Des totalitarismes fasciste et soviétique jusqu’à l’économie libidinale de la prétendue postmodernité, les sinthomes idéologiques, ainsi que la jouissance louche qui les accompagne, sont partout. Dans Ils ne savent pas ce qu’ils font, Slavoj Žižek les traque avec sa virtuosité coutumière, passant sans vergogne d’Alfred Hitchcock à Woody Allen, de la tragédie du Titanic à celle de Tchernobyl, et de la théorie critique de l’École de Francfort à celle de Lacan. Un classique absolu, introuvable depuis vingt ans, et enfin réédité.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *