Adnen Jdey (dir.) : Les styles de Deleuze. Esthétique et philosophie

« Le style en philosophie est tendu vers ces trois pôles, le concept ou de nouvelles manières de penser, le percept ou de nouvelles manières de voir et d’entendre, l’affect ou de nouvelles manières d’éprouver. C’est la trinité philosophique, la philosophie comme opéra : il faut les trois pour faire le mouvement. »

On aura reconnu ici le souffle haletant, la voix sèche et blanche de Deleuze. Mais pourquoi les styles de Deleuze ? Si le style comme problème de multiplicité ne saurait se plier chez Deleuze à de simples exercices rhétoriques, et s’il recoupe, à hauteur de dignité équivalente, les plans intensifs de la philosophie, de l’histoire de la philosophie et de l’art, cela suffirait-il à justifier que soit ouvert le chantier d’une stylistique deleuzienne ? Bien qu’elle soit complexe, la question mérite d’être engagée.

En s’accordant aux multiplicités transversales de l’écriture et des opérations réflexives qui lui sont liées, le présent recueil pose le problème du style chez Deleuze suivant trois découpes connexes : entre philosophie et histoire de la philosophie, logique et esthétique, clinique et politique. Les études ici réunies ont en commun de référer chaque fois la stylistique deleuzienne à un concept ou un cas d’analyse précis, susceptibles d’en cerner les présupposés théoriques et le mode de fonctionnement. La multiplication des perspectives devrait ainsi permettre de dégager quelques jalons de ce qui s’offre comme un style de pensée spécifique : un effet nommé Deleuze.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *