Aliocha Wald Lasowski : Philippe Sollers. L’art du sublime

Portrait de Tel Quel en groupe de jazz ? De Philippe Sollers en leader de quatuor ou en clarinette solo ? Le rythme, le swing et la vitesse sont au coeur de l’oeuvre de celui qui compose Paradis ou Improvisations comme une partition musicale. De Purcell à Miles Davis et Paul McCartney, l’écrivain explore l’allégresse de l’écriture (musicale, romanesque, philosophique) comme mouvement, comme puissance d’arrachement.
Nietzsche à Venise, Mozart à Prague, Casanova à Paris, autant de figures qui inspirent Sollers dans sa recherche du « sublime », dans son rapport à l’infini. L’existence, comme l’art, peut-elle devenir un champ d’expérimentation et de renouvellement ?
Réponse de Sollers en trois entretiens inédits, portant sur Barthes, l’aîné, l’interlocuteur, l’ami, et leur voyage en Chine en 1974 ; sur Picasso, le héros, le révolutionnaire, celui qui, si souvent, est au coeur ou dans les marges des textes de Philippe Sollers ; sur Haydn enfin, l’antidote, celui « qui fait signe au moment du plus grand silence ». Trois conversations, trois occasions de partager les plaisirs, les admirations, les digressions de Philippe Sollers.
A.W.L.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *