Jean-Luc Marion : D’ailleurs, la révélation

«  Des révélations, nous en avons tous eu  : tranchant sur l’insignifiance quotidienne, elles seules, inoubliables, décident de notre vie réelle. Mais nous ne savons pas ce que signifie une révélation, parce qu’elle ne peut ni se commander ni se reproduire, donc jamais s’objectiver. Ainsi restons-nous muets devant ce qui nous caractérise le mieux. Les ignorant, nous nous ignorons. Ce livre voudrait nous les rendre accessibles.
Le lieu privilégié de la révélation se trouve dans ce que la tradition juive et chrétienne a reçu et médité à partir des deux Testaments. Nous y sommes donc allés voir, malgré leur technicité et les limites de toute science.
Pourtant il faut d’abord déconstruire, car aucun terme biblique ne correspond exactement au concept moderne de Révélation. Plus étonnant encore  : ce terme ne s’est imposé que tardivement (Thomas d’Aquin) dans l’opposition de la connaissance rationnelle à connaissance inspirée de Dieu. La modernité (les Lumières jusqu’à Kant) n’eut donc aucun mal à récuser la Révélation biblique au nom de sa trop étroite appréhension de la rationalité.
Puisque les théologiens modernes ont maintenu le terme de Révélation sans le re-penser à fond, il fallait tenter de le redéfinir à partir de la phénoménalité. Car les textes bibliques offrent d’abord et surtout des récits de phénomènes, à la fois simples et hors du commun  : manifestations, apparitions, signes et miracles, éblouissements, des ténèbres obscures et une Résurrection. On peut par principe les récuser comme des fables, mais en stricte philosophie et phénoménologie tout ce qui se manifeste doit, avant qu’on juge de son (in-) existence, se décrire.
D’où l’essai de décrire ce que les textes bibliques proposent obstinément à voir. Ainsi s’est ouverte une nouvelle définition de la connaissance  : non plus accepter ce que l’on a d’abord cru comprendre, mais voir (on non) ce que d’abord on accepte  (ou refuse) de recevoir, en renversant l’ordre de l’entendement et de la volonté. Ce qu’Augustin a thématisé d’une formule  : «  On n’entre dans la vérité que par la charité  ».
Et alors, même l’être et le temps peuvent se recevoir comme ils se donnent  : non dans la clôture de notre monde, mais comme un don d’ailleurs. Car c’est dans cet ailleurs que nous vivons, respirons et même sommes.  »

Posted in Brèves, Philosophie contemporaine and tagged , , , , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).