Simon Calenge (dir.) : Réponse, responsivité, responsabilité

Le phénomène de la réponse est plurivoque. Il est à la fois le fait de donner une réplique dans un dialogue, le fait d’être à la hauteur d’une exigence, le fait de remplir un engagement. Dans tous les cas, la réponse dit d’abord le mouvement de retour, de relance : le – de la réponse suppose toujours l’antériorité irrattrapable d’un appel auquel elle doit son mouvement. Mais dans ce mouvement en retour, la réponse, spondere, est aussi un engagement, une garantie qui, face à l’autre, vient de soi. Elle est attestation de soi.
La réponse apparaît alors comme l’unité problématique d’un mouvement qui vient de l’autre et d’un mouvement qui vient de soi : il n’est pas possible sans l’injonction ou l’appel de l’autre, mais suppose toujours en même temps de ma part une initiative propre qui ne peut venir tout entière de l’extérieur.
Dans la réponse apparaissent alors, en chiasme, deux mouvements d’empiétements réciproques. La réponse fait face à un mouvement qui vient de l’autre et qui empiète sur soi : elle fait suite à un appel écouté et subi qui maintient d’abord celui qui répond dans une passivité radicale. Mais dans son mouvement en retour, elle réplique à cet appel, et modifie jusqu’à l’ordre même d’où cet appel surgit. Parce que la réponse n’est pas seulement provoquée par l’autre, mais soutenue par soi, elle implique en même temps une transformation radicale de celui à qui elle répond.
Si le phénomène de la réponse est source de questionnement, c’est précisément à cause du caractère dialectique de son unité – celle de deux instances qui demeurent étrangères l’une à l’autre – et à cause du caractère chiasmatique de sa structure – qui doit rapporter l’un à l’autre deux mouvements irréconciliables. C’est dans le croisement des perspectives que la réponse pourra être étudiée dans la richesse du problème qu’elle pose : l’unité du soi et de l’étranger.

 

Le Cercle Herméneutique – Revue Le Cercle Herméneutique, 32-33
230 pages – 14 × 21 cm
ISBN 3412036300073 – décembre 2019
Posted in Brèves, Philosophie contemporaine and tagged , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).