Édifier un monde – la notion d’Aufbau entre construction logique et constitution phénoménologique

Colloque

« Édifier un monde» : la notion d’Aufbau, entre construction logique et constitution phénoménologique

10-11 mai 2019

Archives Husserl de Paris (UMR 8547, CNRS / ENS)

École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 – Salle Dussane

coordonné par

Julien Farges (CNRS-Archives Husserl)
Jean-Baptiste Fournier (Chercheur associé aux Archives Husserl)
et Dominique Pradelle (Sorbonne Université / Archives Husserl)

On associe la notion d’Aufbau à l’ouvrage Der logische Aufbau der Welt
de Carnap, publié en 1928 mais rédigé quatre ans plus tôt, alors que le
Cercle de Vienne n’est pas encore véritablement constitué et que Carnap
fréquente les séminaires de Husserl à Fribourg. Cette assimilation n’a
pourtant rien d’évident, d’une part parce que le titre même de l’œuvre
n’a pas été véritablement choisi par Carnap, mais bien plutôt imposé par
Schlick au moment où Carnap rejoint le Cercle de Vienne ; d’autre part,
parce que le concept même d’Aufbau n’apparaît presque nulle part dans le
texte de 1928, où il se trouve remplacé par le concept de Konstitution
ou de logische Nachkonstruktion.

Le vocabulaire de l’édification semble en effet indissociable de la
théorie de la constitution, si bien qu’en tracer le paradigme
permettrait de mettre en évidence l’importance du modèle constitutionnel
dans la pensée philosophique, mais également logique, scientifique et
épistémologique du tournant du XIXe et du XXe siècles, dont le premier
Carnap apparaîtrait alors comme l’héritier. Husserl semble jouer dans
l’élaboration de ce paradigme un rôle de pivot, en introduisant dans la
description phénoménologique le vocabulaire de la construction : bauen,
Abbau, Aufbau
… C’est pourquoi une part importante de ce colloque
consistera en une mise au jour de la prétention édificatrice de la
phénoménologie husserlienne. Se posera alors la question du monde comme
objet de l’édification et horizon de la constitution.

L’intérêt de la notion d’Aufbau tient cependant au fait que, loin de se
prêter uniquement à un usage phénoménologique, elle semble délimiter un
champ extrêmement large qui rassemblerait aussi bien le néokantisme que
le phénoménalisme, et dont les usages s’étendraient du premier
post-kantisme jusqu’à la sociologie phénoménologique d’Alfred Schütz
(Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt, 1932). Il s’agira donc, à
travers l’archéologie du concept d’Aufbau, de mettre au jour l’unité
d’une tradition philosophique allemande.

Programme provisoire

Vendredi 10 mai 2019

10h-11h : Dominique Pradelle (Université Paris 4) – Ouverture :
Pseudo-objets et objets de degré supérieur

11h-12h : Élisabeth Schwartz (Université Clermont-Auvergne) – Les
méthodes logiques et le programme philosophique de la Konstitution dans
le Logischer Aufbau der Welt

14h-15h : Pierre Wagner (Université Paris 1) – Construction et fiction
dans l’Aufbau de Carnap

15h-16h : Bruno Leclercq (Université de Liège, Belgique) – Les concepts
et principes catégoriels de la constitution du monde sont-ils
analytiques ou synthétiques a priori ?

16h30-17h30 : Jean-Baptiste Fournier (Université Paris 1/ Archives
Husserl de Paris) – Mes vécus sont-ils vécus ? De quelques faux-amis
phénoménologiques de la constitution carnapienne

17h30-18h30 : Arnaud Dewalque (Université de Liège, Belgique) – Que
reste-t-il du projet de Carnap ?

carnap_la_construction_logique_du_monde.jpg

Samedi 11 mai 2019

9h-10h : Denis Seron (Université de Liège, Belgique) – Constitution,
intentionnalité, langage

10h-11h : Julien Farges (Archives Husserl de Paris, CNRS/ENS) –
Déconstruction et construction du monde dans la phénoménologie génétique
husserlienne

11h15-12h15 : Vincent Gérard (Université Clermont-Auvergne) – Hilbert et
l’Aufbau simultané de l’arithmétique et de la logique : une lecture
phénoménologique

12h15-13h15 : Laurent Perreau (Université de Franche-Comté) – Du sens de
l’agir à la réalité du monde social : l’Aufbau d’Alfred Schütz

Posted in Colloques de philosophie contemporaine and tagged , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).