Brian Massumi : Ontopouvoir – Guerre, pouvoir, perception

Une théorie originale du pouvoir basée sur une analyse dense et éclairante des conséquences de la « guerre contre le terrorisme » et de l’État sécuritaire, jusqu’à l’imposition de la logique néolibérale et aux débordements des médias rendus viraux.
Un mode de pouvoir qui fait vivre, au sens le plus fort : l’ontopouvoir plonge dans le champ d’émergence de la vie pour l’inciter, la susciter, en moduler la prise de forme. Ne prenant plus comme objet premier, ni le pouvoir de mettre à mort, ni celui de gouverner le vivant, se prolongeant au-delà de la discipline comme du biopouvoir, l’ontopouvoir exerce une puissance de genèse. En essor depuis le 11-Septembre, il se déploie autour d’une opérativité assez novatrice pour mériter un nouveau nom : la préemption.
À la différence et de la dissuasion et de la prévention, la préemption vise non plus le danger clair et bien présent, mais plutôt la menace. Encore indéterminée quant à son heure et ses contours, la menace a une existence incertaine. Opérer sur la menace implique d’agir sur le futur dans le présent, selon une politique de l’affect, dont le registre dominant est la peur.
Le livre trace les linéaments de l’ontopouvoir depuis son éclosion dans la « guerre contre le terrorisme », et l’État sécuritaire correspondant, jusqu’à l’imposition de la logique néolibérale et aux débordements des médias rendus viraux. Une contribution décisive à la généalogie du régime « post-vérité » qui caractérise notre ère.
Philosophe et traducteur canadien, Brian Massumi a été professeur à l’Université de Montréal. Traducteur de Deleuze et Guattari en anglais, il a joué un rôle central dans la diffusion de leur pensée avec son ouvrage devenu classique A User’s Guide to Capitalism and Schizophrenia: Deviations from Deleuze and Guattari (MIT Press, 1992).
Il publie en 2002 Parables for the Virtual: Movement, Affect, Sensation (Duke University Press). Ses ouvrages récents comprennent L’économie contre elle-même (Lux, 2018), Ce que les bêtes nous apprennent de la politique (Éditions Dehors, 2019) et 99 Theses on the Re-Evaluation of Value. A Post-Communist Manifesto (University of Minnesota Press, 2018).
Brian Massumi collabore activement à SenseLab (créé en 2004 par l’artiste et théoricienne Erin Manning), réseau international d’artistes, d’universitaires, d’écrivains et de créateurs qui travaillent ensemble à la croisée de la philosophie, de l’art et de l’activisme.
Posted in Brèves, Philosophie Politique and tagged , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).