Henri Bergson : Durée et simultanéité

    • Éd. sous la direction de : Paul-Antoine Miquel
    • Chronologie : Denis Forest
    • Édition : Jean-Marc Lévy-Leblond
Le premier article d’Einstein sur la théorie de la relativité date de 1905, mais ce n’est que dans les années 1920 que la relativité connaît une immense vogue publique et fait l’objet d’exégèses sans fin. Dans ce contexte, Bergson, alors le maître du temps philosophique, publie en 1922 Durée et simultanéité, avec pour sous-titre À propos de la théorie d’Einstein. Il y développe une évaluation critique de l’impact de la relativité einsteinienne du point de vue de sa propre conception du temps, ou plutôt de la « durée ».
L’ouvrage déclenche d’assez vives polémiques entre Bergson et les physiciens, et les philosophes qui s’intéressent à la question prennent prudemment leurs distances. On accuse Bergson d’avoir échoué à comprendre la physique du temps relativiste. Pourtant, par-delà ses méprises, l’ouvrage déploie nombre de réflexions qui méritent une attention particulière dans une perspective non seulement métaphysique, mais aussi épistémologique. Car, comme l’écrit Bergson, « une fois admise la théorie de la relativité en tant que théorie physique, tout n’est pas fini. Il reste à déterminer la signification philosophique des concepts qu’elle introduit ».
  • GF (n° 1626) – Philosophie
  • Paru le 13/01/2021
  • Genre : Philosophie
Posted in Brèves, Philosophie contemporaine and tagged , , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).