Yves Michaud : Ceci n’est pas une tulipe. Art, luxe et enlaidissement des villes

L’inauguration le 4 octobre 2019 dans les jardins des Champs Élysées de la sculpture Bouquet of Tulips offerte par Jeff Koons à la ville de Paris avait suscité de vives polémiques. La question qu’elle pose est celle de l’art dans la ville, de la touristification et de l’enlaidissement au nom de la quête de la beauté, du bien-être et du confort. Au moment où se préparent des élections municipales, il est temps de réfléchir à ces enjeux, fût-ce de manière provocante.
L’inauguration, le 4 octobre 2019, dans les jardins des Champs Élysées à Paris, de la sculpture Bouquet of Tulips « offerte » par l’artiste américain Jeff Koons à la France en hommage aux victimes des attentats terroristes de 2015 a attisé des polémiques mêlant art, spéculation, décision politique et choix esthétiques.
Les qualités esthétiques de ce monument ne sont pas l’objet de ce livre – bien que ces « tulipes » ressemblent plutôt à des objets sexuels qu’on n’a l’habitude ni de montrer ni de nommer.
Il s’agit surtout d’analyser ce dont il est révélateur, la manière dont l’opération s’est déroulée, ce qu’elle nous apprend sur la politique culturelle et l’art contemporains, sur les modes de décision et les intérêts en jeu. Enfin, sur les conceptions actuelles de la ville et, pour le dire sans fard, son enlaidissement systématique.
La question plus générale que pose l’affaire des « tulipes » est en effet celle de l’art dans la ville, celle de la touristification et enfin de l’enlaidissement au nom de la quête de la beauté, du bien-être et du confort. Nos villes (et tout particulièrement Paris) sont devenues des dépotoirs où se mêlent mobiliers urbains plus ou moins design, « oeuvres d’art », panneaux, équipements et aménagements en tous genres.
Il est temps de réfléchir à ces enjeux, fût-ce de manière provocante.

Yves Michaud, philosophe et critique d’art, a dirigé l’école des Beaux- Arts de Paris (1989-1997). Il a conçu et animé L’Université de tous les savoirs (2000-2013). Auteur, entre autres textes sur l’art, de La crise de l’art contemporain (1997) et de L’art à l’état gazeux (2003), il prépare actuellement la suite de ce livre qui portera sur l’esthétique des atmosphères.

Posted in Brèves, La Philosophie dans tous ses états and tagged , , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).