Adalbert Stifter : Dans la forêt de Bavière

Voici le dernier texte achevé par Adalbert Stifter (1805-1868), peu de temps avant sa fin tragique : un récit autobiographique. C’est d’abord, déroulée en quelques-unes de ses plus belles pages, l’envoûtante description d’un coin de montagne, perdu dans la forêt de Bavière, que le poète avait découvert dans sa jeunesse, et dont il avait fait son refuge. A l’automne 1866, il y est de retour – mais, il l’ignore encore, pour la dernière fois. Car quelque chose va se produire, le destin et la nature vont unir leurs forces, et pétri d’angoisse, Stifter devra fuir, quitter le refuge devenu intenable, traverser sous les bourrasques de neige des solitudes désormais glacées.
Constamment réédité dans sa langue, ce grand morceau d’écriture stiftérienne, qu’il faut lire lentement comme le recommandait l’auteur, n’avait jamais été traduit en français.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .