Ali Benmakhlouf : Montaigne

Michel de Montaigne (1533-1592), gentilhomme, magistrat, écrivain. Un grand œuvre, les Essais, écrit en « conférence » avec La Boétie, l’ami prématurément disparu, une curiosité polymorphe, une langue précise, d’une infinie richesse, des lecteurs exigeants — Descartes, Pascal, Rousseau, Nietzsche, Lévi-Strauss, Butor.
L’humanisme que défend cet homme de la Renaissance consiste à limiter l’inhumain sous la forme du rejet de la torture, de la cruauté, et de la justice expéditive ; humanisme qui substitue aux idéaux abstraits l’expression de soucis de l’homme en situation concrète.
Philosophe de la comparaison, de la description et de la suggestion, Montaigne a porté son attention vers l’histoire et la poésie, les guerres civiles, les guerres de religion, la tension entre les empires, mais aussi les opacités de la conscience ou les échappées de l’esprit.
À la recherche d’un nouveau langage, il a défendu l’art de la mise en doute et du retrait, contre toute forme de dogmatisme. En cela, son actualité reste entière.

Posted in Philosophie renaissante and tagged , .