Arno Münster : Adorno

Nul doute que l’objectif du désensorcellement du concept et, au-delà, de la pensée d’Adorno était de déstabiliser toutes les systématisations philosophiques au nom d’une résistance contre toutes les proclamations de vérités absolues et éternelles. Refusant tout dogmatisme, la pensée d’Adorno a ainsi permis la valorisation de l’expérience subjective pour élaborer une dialectique consciente de la souffrance des hommes dans un univers d’aliénation toujours menacé de glisser vers le totalitarisme et la barbarie : « le besoin de faire s’exprimer la souffrance est condition de toute vérité ; car la souffrance est une objectivité qui pèse sur le sujet. »
La philosophie adornienne se définit ainsi comme une libération radicale de la pensée : « Le penser est en soi déjà, avant tout contenu particulier, négation, résistance contre ce qui lui est imposé ». C’est précisément à partir de ce projet philosophique de désentravement de la pensée que ce livre entend présenter la philosophie de celui qui fut le plus célèbre représentant de l’école de Francfort.
L’auteur s’efforce en outre de mettre en évidence la position centrale qu’occupent les Minima Moralia dans l’œuvre et la philosophie d’Adorno, pour lequel ces réflexions sur la vie mutilée ne sont qu’une contribution supplémentaire au combat du philosophe – dont la vie était profondément marquée par l’exil – contre la liquidation du particulier et le mensonge permanent du Tout.

Arno MÜNSTER, philosophe franco-allemand, est maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne. Il est l’auteur d’une vingtaine de livres consacrés principalement à la pensée allemande moderne et contemporaine et à la pensée juive-allemande contemporaine, traduits en plusieurs langues.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .