Barbara Laborde et Julien Servois : Le cercle rouge (J.-P. Melville, 1970). Analyse d’une œuvre

Comme s’en explique Melville lui-même, le classicisme domine dans l’écriture de ce film noir « à la française » qu’est Le Cercle rouge. Un casse sans spectacle, des héros sans passé incarnés par des acteurs mythiques, une rencontre improbable qui se clôt dans une vision déceptive du monde : le silence qui s’installe entre les personnages renforce le sentiment d’incommunicabilité, de solitude, de froideur. Autant qu’un film noir, Melville semble finalement explorer les pistes du « film froid ».

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .