Bertrand Saint-Sernin : Blondel

Maurice Blondel n’est pas seulement un homme de cabinet : il prend parti dans les crises de son temps. Analysant le national-socialisme, il déclare en 1940 : « Un premier axe, dont on célèbre la puissance et les succès, va s’accompagner d’un autre axe perpendiculaire du Pacifique à l’Atlantique, étalant sur l’Ancien Continent, en attendant le Nouveau Monde, une immense croix gammée dont les crochets pourront s’abattre jusqu’au cap de Bonne-Espérance ou jusqu’au cap Nord… ». L’action révèle aux hommes leur nature, leurs déficiences, leurs espérances. École de psychologie et de politique, elle est l’atelier privilégié du métaphysicien. Elle nous fait discerner si l’univers est une construction aveugle ou si, comme il le pense, l’humanité fait son histoire dans le concert possible des autres êtres à la recherche de Dieu.

Bertrand Saint Sernin a été recteur d’Académie. Il est professeur émérite à l’Université de Paris-Sorbonne et membre de l’Institut

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .