Bulletin de la société française de philosophie. Proudhon. Propositions pour une nouvelle lecture

Dans le dépôt de bilan actuel du socialisme, Proudhon (1809-1865) est le plus accablé. Il faut dire qu’il y a mis du sien. On comprend le discrédit d’une pensée touffue et dispersée, parfois pédantesque, souvent commandée par l’urgence dénonciatrice. On l’explique aisément tant cette œuvre disparate est parcourue de palinodies.
A l’occasion du bicentenaire de sa naissance, une révision du procès s’impose. Pouvons nous en retenir quelques enseignements pour penser aujourd’hui l’ordre social et politique?
Trois thèses philosophiques majeures nous semblent éclairer cette œuvre ambitieuse : le travail industriel est une métaphysique en action dont la sérialité syntaxique des gestes et des adresses génère positivement des rationalités plurielles et des identités multiples; le sujet humain n’existe que relié à un groupe coopérateur, générateur d’obligations mutuelles et constitutif d’un « nous » acteur de ses destinées; la liberté ne s’affirme que dans l’augmentation mutuelle des relations qui expriment une justice en acte.

Posted in Philosophie Politique and tagged , .