Charles Darwin : Le corail de la vie

Ce qui est émouvant dans ces carnets, écrits en 1837-1838, c’est que Darwin sait d’emblée à quoi il touche. Et s’en étonne. Et s’en inquiète. Doute, par conséquent, de lui-même. Et laisse l’idée là, en plan. Il continuera de prendre des notes, jusqu’à ce qu’une première esquisse (1842), puis une deuxième (1844), commencent à construire l’architecture des idées qui seront rassemblées dans L’Origine des espèces (1859).

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .