Cornelius Castoriadis : Histoire et création, textes philosophiques inédits (1945-1967)

Pour la première fois sont portés à la connaissance du public ces textes qu’on peut qualifier de fondateurs.

Les écrits philosophiques inédits rassemblés dans ce volume montrent que le travail politique et militant mené par Castoriadis entre 1945 et 1967 dans la revue Socialisme ou Barbarie va de pair avec un effort théorique pour dépasser les antinomies de la pensée spéculative traditionnelle. Castoriadis réfléchit aux conditions d’une praxis autonome qui ne serait pas subordonnée à une théorie souveraine, à une « idéologie » prétendant détenir la vérité de l’histoire humaine et assigner à celle-ci des fins indiscutables.

Histoire et Création permet d’éclairer la genèse et surtout la cohérence d’une œuvre indissociablement philosophique et politique, œuvre monumentale trop souvent divisée, au vu des seuls textes publiés, en deux versants distincts : une période politique, celle de Socialisme ou Barbarie (1949-1967), puis la période de L’Institution imaginaire de la société et des Carrefours du labyrinthe (1968-1997). Ainsi la publication de ces textes philosophiques révèle-t-elle une logique profonde autant que méconnue du travail de ce très grand philosophe qu’aura été Castoriadis.

Cornelius Castoriadis (1922-1997) s’installa en France en 1945, après des études de philosophie, d’économie et de droit à Athènes. Il fut cofondateur du groupe et de la revue Socialisme ou Barbarie, économiste à l’OCDE (1948-1970), directeur d’études à l’EHESS (1980-1995), psychanalyste (1973-1997). Il a publié au Seuil L’Institution imaginaire de la société (1975) et six volumes (dont un posthume) des Carrefours du labyrinthe (1979-1999), ainsi que les recueils Une société à la dérive (2005) et Fenêtre sur le chaos (2007). Ses séminaires de l’EHESS sont en cours de publication au Seuil : Sur Le Politique de Platon (1999), Sujet et vérité dans le monde social-historique (2002), Ce qui fait la Grèce, 1. D’Homère à Héraclite (2004), La Cité et les Lois. Ce qui fait la Grèce, 2 (2008).

Posted in Philosophie Politique and tagged , .