Emmanuel Housset : Husserl et la question de Dieu

La question de Dieu dans la pensée de Husserl fut très tôt un objet d’attention pour la recherche phénoménologique, mais la diversité des textes est telle qu’il était nécessaire d’établir le dossier historique relatif à cette question. Bien évidemment, la mise en lumière de l’unité et de la continuité des analyses de Husserl sur Dieu est animée par une interrogation proprement spéculative : quelle place pour Dieu dans une philosophie descriptive qui se veut méthodologiquement athée ? À partir du « je » transcendantal, quel est l’accès possible à la pure phénoménalité de Dieu ? Si Husserl décrit la transcendance de Dieu comme celle d’une Idée théorique, éthique et téléologique, il ne s’agit pas pour lui de s’en tenir aux reconstructions abstraites de la métaphysique, mais de revenir à l’expérience originaire de Dieu. La réduction phénoménologique ne demande pas de cesser de croire, mais elle rend possible une purification éthique de l’expérience religieuse qui permet d’élucider son sens. En cela, tout le projet contemporain d’un concept non ontologique de Dieu est redevable à Husserl d’avoir fait le premier pas décisif en affranchissant de tout « en soi » et en montrant que la transcendance de Dieu ne peut être séparée de la vie intentionnelle dans laquelle elle s’annonce. Husserl ne confond pas pour autant philosophie et théologie, et la compréhension de Dieu comme évidence d’une Idée pratique infinie laisse ouverte la possibilité de la Révélation sans vouloir parler pour elle.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , , .