Fulcran Teisserenc : Le Sophiste de Platon

Par une analyse minutieuse du texte de Platon, l’auteur s’efforce de dégager la cohérence et la liberté du parcours suivi par le philosophe grec. Cette enquête sur Le sophiste, qui met en oeuvre pour la première fois de manière continue et patiente une méthode de division du genre en ses espèces, se heurte à la mise en cause de l’existence même de l’image et du discours faux. Pour relever ce défi, la conversation entre l’Étranger et Théétète s’engage dans un vaste excursus ontologique : après avoir recensé les diverses théories de l’être disponibles et constaté leur échec, la question est reprise à nouveaux frais et les interlocuteurs proposent une analyse des grands genres et de leurs entrelacements capable d’éclairer les entrelacements parallèles du discours. La mise en place parmi les genres qui existent du non-être lui-même permet de restituer à la négation sa pertinence sémantique et de justifier la parenté du sophiste et du simulacre, qui tous deux l’oblitèrent.
Chacune des étapes de cette argumentation sinueuse est discutée et mise en perspective, avec les éléments historiques et philologiques indispensables à sa compréhension.

Erratum : une coquille s’est malencontreusement glissée dans la conclusion de l’ouvrage, page 176. Il faut en effet lire : « […] c’est ouvrir un espace dialectique où la division et la recherche des identités et des différences s’ordonnent à des Formes […] ». Nous vous prions de nous en excuser et vous remercions par avance pour votre compréhension.

Posted in Philosophie antique and tagged , .