Georges-Arthur Goldschmidt : A l’insu de Babel

« Jamais des régimes politiques meurtriers, tels le nazisme ou le stalinisme, ne s’en prirent autant aux langues qu’ils tentèrent de régimenter, de violer et d’annexer. Le cauchemar de la novlangue de George Orwell n’a pas par hasard été rêvé au XXesiècle. » Voici les mots de Georges-Arthur Goldschmidt dans ce livre qui offre une réflexion sur le langage tel que chacun le parle, une rare leçon de philosophie avec Descartes, Leibniz, Wittgenstein, de littérature en compagnie de Flaubert, Kafka, Mann, Handke.

Un éloge de la traduction, à tous les sens du terme.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged .