Gérald Moralès : L’Ecriture du réel. Pour une philosophie du sujet

La préoccupation de l’auteur est ici de démontrer qu’il est possible de conceptualiser une écriture du réel qui ne doit rien à ce que l’on entend communément par « réalité ». Si la réalité se définit comme « ce qui est », le réel, lui, est hors monde, avant l’émergence du signifiant et du langage.

Les études des œuvres de Pierre Guyotat et de Bernard Réquichot soutiennent qu’une écriture est possible sans céder à une signification immédiate. Elle s’origine dans le corps et se fabrique à partir d’un impensé dont la coloration est l’angoisse. Ce n’est donc pas un hasard si un rapport s’établit entre le trait de la lettre et la consistance d’un sujet. Deux extrêmes fondent ce rapport : les premiers signes écrits des grottes préhistoriques et la production esthétique rencontrée dans la clinique de la psychose.

De tout cela, il ressort une théorie du sujet qui doit plus à une ontologie de l’accident qu’à une permanence de l’être.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged .