Gérard Benusssan et Luc Fraisse (dir.) : Proust-Schelling. Une affinité élective?

Il y a trente-cinq ans, Anne Henry (Marcel Proust – théories pour une esthétique, Paris, Klincksieck, 1981) suscita une révolution en affirmant que l’auteur d’À la recherche du temps perdu (1913-1927) faisait parcourir, de façon très concertée, à son héros sans nom, un itinéraire schellingien (soit une odyssée de l’esprit, couronnée par l’élaboration d’une œuvre). Cette affinité élective, qui fut souvent contestée sans enquête systématique, est ici réévaluée par un groupe composé essentiellement de philosophes, au plan historique comme au plan conceptuel (conception du temps, morale, esthétique), et en étendant la confrontation jusqu’aux Âges du monde et à la philosophie positive schellingienne.

Ont participé à ce volume : G. Bensussan, A. David, P. David, G. Demarchi, L. Fedi, L. Fraisse, J. Hatem, Ph. Höfele, A. Roux et A. Sager.

Presses Universitaires de Strasbourg – Cahiers philosophiques de Strasbourg, 43 (2018/1)
328 pages – 14,5 × 20,5 cm
ISBN 979-10-344-0015-7 – juin 2018

Posted in Philosophie moderne and tagged , , .