Guillaume Sibertin-Blanc : Deleuze et l’Anti-Œdipe. La production du désir

Un romantisme du désir pur ? Une exaltation anarchique de la schizophrénie ? Un spontanéisme délirant affranchi des normes élémentaires d’une argumentation rationnelle ?… L’Anti-Œdipe a beaucoup fait parler, dès sa parution en 1972. Il s’agit ici de revenir à son texte même, où s’actualise la première collaboration du philosophe Gilles Deleuze et du psychanalyste Félix Guattari. Ce livre d’introduction adopte pour fil conducteur l’inscription de l’analyse de l’inconscient dans une théorie générale de la production et de ses modes sociohistoriques. Il met au jour le nouveau rapport qui s’ensuit entre la clinique du désir et le matérialisme historique, et explicite sous ce prisme trois lignes de problématisation : une critique sociale d’un code familialiste d’enregistrement et de qualification des conduites une critique à la fois externe et interne à la psychanalyse de l’œdipianisation de l’inconscient une critique politique des structures d’exploitation et de domination de la société capitaliste, et des modes de subjectivation aménagés dans la reproduction de ces structures. À l’articulation de ces lignes, L’Anti-Œdipe, livre d’intervention théorique, devient aussi un livre pratique. Il pose les prolégomènes d’une « analyse sociale, politique et militante » ajustée à la productivité réelle du désir et aux effets sociopolitiques de son processus propre — une schizo-analyse transformant le champ analytique des processus inconscients pour le rendre connectable, en théorie et en pratique, au champ de l’histoire et des luttes sociales.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .