Jean Greisch : Qui sommes-nous ? Chemins phénoménologiques vers l’homme

Depuis Kant, la question : « Qu’est-ce que l’homme? » est à l’ordre du jour des agendas philosophiques du monde entier. En se focalisant sur les anthropologies qui se sont développées dans la mouvance de la phénoménologie husserlienne depuis le début du 20e siècle, cet ouvrage interroge les effets de la transformation – qu’on peut aussi bien qualifier de « révolution copernicienne » – de la question kantienne « Qu’est-ce que l’homme? », en la question « heideggérienne » : « Qui sommes-nous? ».
Les effets de ce déplacement se font également sentir dans le champ des sciences dites humaines. Tout se passe comme si l’anthropologie philosophique s’était métamorphosée en une « herméneutique du soi », qui présente un visge différent chez Lévinas, Michel Henry, Paul Ricœur, le dernier Michel Foucault, sans oublier des représentants de la dernière ou avant-dernière génération de la phénoménologie française, comme Jean-Luc marion ou Claude Romano. L’analyse comparative des « chemins phénoménologiques vers l’homme » s’achève avec une discussion des positions de Hans Blumenberg, qui estime que la phénoménologie peut et doit être guérie de sa « phobie anti-anthropologique ».

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , , .