Jérome Glicenstein : l’art, une histoire d’expositions

Cet ouvrage propose une alternative à l’idée traditionnelle d’histoire de l’art sous la forme d’une histoire de l’exposition. C’est un domaine à la fois hétérogène de par sa nature, et en chantier permanent selon les nouvelles expositions et nouveaux scénographes. L’époque contemporaine parle d’ailleurs beaucoup d’expositions et moins d’art ou d’oeuvres d’art. Parler d’exposition permet ainsi de changer de perspective : on désigne par là des moments et des événements singuliers, des choix assumés et défendables, et l’art n’est plus en position première. On renonce à savoir si les objets présentés sont de l’art ou non, au profit de la question : que fait-on avec ces objets ? On cherche alors à savoir ce que l’on souhaite transmettre à tel public, à tel moment avec tel objet ou telle oeuvre. Ce qui devient important est le sens que l’on attribue à des objets dans un contexte précis, ce que l’on essaie de transmettre par les expositions. C’est ainsi qu’une oeuvre devient une création institutionnelle, témoin d’un pouvoir symbolique, intellectuel, politique, voire financier… Établir une histoire de l’exposition revient alors à identifier tous ces éléments et à les replacer dans le contexte socio-historique susceptible d’en rendre compte.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .