John Dewey : une foi commune

Dans ce texte écrit en 1934, John Dewey prend acte de l’érosion de la religion comme socle d’une morale commune et comme ciment social. C’est désormais le marché qui ordonne les rapports humains et dicte sa loi. Trop profondément démocrate pour proposer une « religion civile » ou un catéchisme, Dewey s’interroge sur la possibilité d’une foi commune sans le recours ni à une transcendance ni à un dogme, fût-il scientifique. Son pari est celui de l’intelligence collective qui trouve son modèle dans la méthode expérimentale. Rien ne garantit le succès de nos actions collectives et aucune certitude ne les accompagne (en particulier en temps de crise). Elles relèvent d’un pari et commandent que l’on y croit.
En éconduisant la religion pour épouser l’illusion scientiste (ou l’idéologie consumériste), aurions-nous désappris à croire, à penser sans certitude, à prendre nos croyances collectives au sérieux, à nous risquer à imaginer l’avenir ? Croyons-nous en la possibilité d’une solidarité adaptée à notre temps ? Croyons-nous encore en la démocratie ?

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .