Luis de Miranda : Une vie nouvelle est-elle possible ? Deleuze et les lignes

La seule façon pour le Je de devenir singulier, c’est-à-dire de déployer la synthèse active des multiplicités qui le traversent, c’est la volonté de faire exister ce qui n’existe pas.

Être à la fois la terre et la mer et le navigateur, voilà le salut de l’âme qui s’étend, nous dit Deleuze. C’est cela la ligne de fêlure ascendante.

Posted in Regards croisés and tagged , .