Marie-Anne Vannier (dir.) : La Trinité chez Eckhart et Nicolas de Cues

Foyer d’amour, la Trinité manifeste l’originalité du christianisme. Eckhart, Tauler, Suso et Nicolas de Cues l’ont rapidement compris et ils ont fait partager à leurs contemporains les fruits de leur contemplation.

Sans se perdre dans les dédales de la spéculation sur la Trinité, ils sont allés à l’essentiel, montrant avant Karl Rahner que « la doctrine de la Trinité n’est pas un subtil jeu d’esprit théologique, mais un énoncé qu’on ne saurait absolument pas éluder et qui signifie que Dieu lui-même, comme le mystère sacré permanent, comme le fondement incompréhensible de l’existence transcendante de l’homme, n’est pas seulement le Dieu d’infinie distance, mais veut être le Dieu d’absolue proximité, en autocommunication vraie » (« Traité fondamental de la foi », p. 162). Pour leur part, ils ont mis en évidence le lien essentiel entre la Trinité et la naissance de Dieu dans l’âme. C’est toute une réflexion sur la filiation divine qu’ils ont proposée à partir de là.

Après l’exil de la Trinité que nous avons connu en Occident pendant plusieurs siècles, la redécouverte des textes des mystiques rhénans et de Nicolas de Cues ouvre de nouvelles voies à la théologie trinitaire et au dialogue œcuménique et permet de mieux comprendre la place centrale de la Trinité dans notre vie.

Ce volume est le fruit de la synergie entre l’Institut für Cusanus Forschung de Trèves et l’Équipe de recherche sur les mystiques rhénans de l’université Paul-Verlaine de Metz, à qui l’on doit déjà « La Naissance de Dieu dans l’âme chez Eckhart et Nicolas de Cues » et « La Prédication et l’Église chez Eckhart et Nicolas de Cues » (Éd. du Cerf, 2006 et 2008).

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , , , , , .