Michael Löwy : Max Weber et les paradoxes de la modernité

Peu d’auteurs ont saisi la modernité occidentale avec la même acuité que Max Weber : désenchantement du monde, rationalité instrumentale, domination rationelle/bureaucratique, différenciation des sphères, polythéisme des valeurs. Il a laissé une profonde empreinte sur les débats historiques, sociologiques, épistémologiques et philosophiques du XXe siècle, suscitant controverses, interprétations et réinter-prétations. Ce qui ne veut pas dire que son œuvre n’est pas d’une très grande rigueur et cohérence. Simplement, par sa richesse, sa subtilité, sa méthodologie complexe, mais aussi son ambivalence envers les manifestations centrales de la modernité – l’État bureaucratique, l’économie capitaliste –, il se prête à des lectures différentes, sinon opposées.
Ce recueil interdisciplinaire contient des essais de spécialistes reconnus de l’œuvre de Weber : Michael Löwy, Catherine Colliot-Thélène, Manfred Gangl, Gérard Raulet, Enzo Traverso et Eduardo Weisz. Ils y abordent différents aspects du rapport de Max Weber à la modernité et à ses paradoxes.
Il contient également un texte de Weber inédit en français.

Posted in Philosophie Politique and tagged , .