Michel Henry : Marx

L’intelligence de la pensée de Marx suppose la mise hors jeu du marxisme. Le marxisme s’est constitué en doctrine achevée et officielle en l’absence de toute connaissance des écrits philosophiques fondamentaux de Marx, et notamment de L’idéologie allemande, publié en 1932. Reposant sur des textes qui ne portent pas leur principe d’intelligibilité en eux-mêmes, il s’est, de plus, voulu en accord avec l’objectivisme moderne.
Par une lecture entièrement neuve de l’œuvre complète de Marx, Michel Henry en dévoile l’intuition fondatrice : la subjectivité corporelle de l’individu vivant, qui définit à la fois son existence et sa condition de travailleur. Une phénoménologie de la vie concrète constitue identiquement chez Marx la mise à nu de tout le système économique et le principe unique de son explication : lla philosophie de la réalité porte en elle la philosophie de l’économie.
La valeur est produite exclusivement par le travail vivant. Le destin du capital est donc celui de la praxis subjective de l’individu. Dès qu’il s’en sépare – et le progrès technologique inaugure l’ère de cette séparation –, la valorisation et le capitalisme ne sont plus possibles.

MARX : Une philosophie de la réalité – Une philosophie de l’économie [1991]. Nouvelle édition en un volume en 2009, 966 pages sous couv. ill., 125 x 190 mm. Collection Tel (No 366) (2009), Gallimard -étu. ISBN 9782070127337.
Parution : 29-10-2009.

Posted in Philosophie Politique and tagged , , .