Ovide / Jacques de Voragine : Métamorphoses païennes et chrétiennes

Métamorphoses païennes. Illustrant la transformation miraculeuse des héros et des dieux (en quinze livres et 246 récits), le poème des Métamorphoses raconte l’histoire mythique du monde, depuis le chaos primitif jusqu’à l’apothéose de Jules César et au principat d’Auguste. Après le distique élégiaque de la poésie amoureuse, Ovide y emploie l’hexamètre dactylique, propre à la poésie épique et aux poèmes didactiques. Extraits de plusieurs livres, les passages retenus déroulent une histoire continue à l’intérieur de la totalité organique de l’œuvre.
Métamorphoses chrétiennes. Œuvre majeure de la littérature chrétienne populaire, la Légende dorée est une compilation de vies miraculeuses et légendaires des saint(e)s du calendrier liturgique : les récits hagiographiques qui la composent illustrent la tentative répétée de laïciser la littérature religieuse. L’ouvrage qui connut une large popularité fut tout au long du Moyen Âge et de la Renaissance une source d’idéal pour la chrétienté. Trois longs extraits forment le présent corpus : la vie d’un apôtre (André), un épisode de la vie du Christ et de la liturgie chrétienne (l’Épiphanie), la vie d’une sainte médiévale (Élisabeth de Hongrie). Chacun raconte des métamorphoses au sens chrétien du terme, c’est-à-dire des miracles.
Ce diptyque illustre une complémentarité métamorphoses païennes/chrétiennes.
Présentation, traduction et annotations de Pascale Hummel

Posted in Philosophie antique and tagged .