Philippe Cabestan, Française Dastur : Daseinsanalyse

Que peuvent bien attendre les psychiatres, les psychothérapeutes, les psychologues, et avant tout leurs patients, de la Daseinsanalyse? On tentera de répondre à cette question en partant ici du trait distinctif qui fonde la singularité de la Daseinsanalyse : inscrire toute réflexion et toute pratique médicale dans le cadre d’une méditation ontologique en direction du mode d’être de l’homme. En effet, une conviction, issue de l’œuvre de Heidegger domine la Daseinsanalyse : l’homme n’est pas une chose mais un Dasein, un existant, un être qui est dans son être ouverture à l’être. Qu’il s’agisse de la mélancolie, de la manie, des troubles obsessionnels compulsifs, de la dépression ou de la schizophrénie, la description de ces pathologies comme leur traitement ne sauraient en effet demeurer les mêmes selon que l’on considère celui qui en souffre comme un être neuronal, un composé de forces physicochimiques, une psyché dominée par des conflits inconscients ou comme un Dasein.
Coprésident de l’École Française de Daseinsanalyse et membre associé des Archives-Husserl de Paris, Philippe Cabestan est professeur de philosophie en C.P.G.E. (Janson de Sailly).
Présidente honoraire de l’École Française de Daseinsanalyse, membre associé des Archives-Husserl de Paris, Françoise Dastur est professeur honoraire d’Université.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .