Rémi Brague : Les Ancres dans le ciel

« On n’a pas besoin de métaphysique, et encore moins de sa version populaire, la religion. Il suffit d’une bonne morale pour savoir quoi faire, d’un droit et d’une politique efficaces pour la faire respecter. »
C’est faux.
Cela a pu être vrai. Cela reste vrai là où il s’agit de fournir des règles pour que les hommes vivent en paix les uns avec les autres. Seulement, aujourd’hui, l’homme a réalisé le projet moderne et pris son destin en main. Il peut décider librement d’être ou de ne pas être. Pourquoi y aurait-il de l’être et pas plutôt rien ?
Désormais, une nouvelle question se pose, celle de la légitimité de l’humain. Pour lui donner une réponse positive, il faut que la vie soit un bien. Il ne suffit pas qu’elle soit agréable ou intéressante pour ceux qui sont déjà vivants—ce que nul ne nie. Il faut encore que la vie soit un bien tellement grand qu’on ait le droit d’y appeler d’autres. Et affirmer que l’être vaut toujours mieux que le néant, c’est une décision métaphysique. Pour que la vie humaine reste possible, il faut une métaphysique forte.
La métaphysique n’est pas, ou plus, un édifice dans les nuages. Elle est devenue l’infrastructure même de la vie humaine. « Animal métaphysique », l’homme est en train de le devenir le plus littéralement du monde.

Posted in Histoire de la Philosophie and tagged , .