Sébastien Camus : Heidegger

Quelle est la tâche de la philosophie ? ” Porter à la parole l’instant présent du monde “. Telle est l’ambition que Martin Heidegger assigne à la pensée. Il fait le diagnostic suivant : notre époque est caractérisée par une forme de surdité ; nous n’entendons plus le sens d’être.
La pensée pour Heidegger n’a finalement pas d’autre ambition que de nous replacer là où sommes déjà. Mais de telle sorte que nous y soyons pourtant d’une manière tout à fait neuve ! Il n’y a pour lui que des chemins de pensée qu’il nous faut toujours à nouveau frayer dans l’innommé.
Il ne s’agit ni plus, ni moins que de métamorphoser notre relation à l’être et de réentendre ce que c’est que d’être là. On sait la fortune qu’aura la reprise créatrice par Heidegger du vocable allemand Dasein : littéralement ” être-là ” mais d’une manière plus inaccoutumée en français ” être le là “. Voilà bien une étrange tournure ! Elle dit pourtant quelque chose de ce qu’aura été l’effort le plus constant de Heidegger : réouvrir notre oreille et donc notre être à l’entente du caractère inouï de ce que nous croyons déjà comprendre et que nous avons, en fait, toujours déjà dépassé.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .