Sigmund Freud : L’avenir d’une illusion

« L’Avenir d’une illusion » est un grand texte sur la religion — saisie en son envers inconscient —, et sur l’inconscient, saisi en son moment religieux. 1927 est le moment historique de l’œuvre freudienne où, après « Totem et tabou » et les écrits cliniques touchant au symptôme religieux, il s’agit de se confronter — frontalement — au fait religieux en sa dimension culturelle et inconsciente : véritable « auto-présentation » de Freud face à la religion.

De la généalogie des « représentations religieuses » ressort que ce sont « des illusions, des accomplissements des souhaits les plus anciens, les plus forts et les plus pressants de l’humanité ». Le besoin religieux s’origine de la détresse qui a sa source, toujours vivace, dans le « complexe paternel », mais aussi dans la dépendance infantile — ce qui fait émerger le sujet religieux, en lien à ce « soulagement grandiose » de l’angoisse. Au-delà de quelque réduction psychologique du fait religieux, ce texte se confronte à la question de la prise du sujet inconscient dans le désir religieux en son rapport à l’instance de l’Autre, engageant le destin de la culture et « l’avenir de l’humanité ». Ce « destructeur d’illusions », ainsi que Romain Rolland désigne Freud, mesure en fait que cette indestructible illusion… a un bel avenir. Il n’en pose pas moins, avec son souci de véracité propre, la question radicale d’une « réforme » du rapport entre religion et culture, et positionne la science, au-delà de tout « scientisme », en instance alternative, comme désir de réel.

La présente édition critique, la première, de ce texte-manifeste, s’emploie à être à la hauteur de l’événement auquel il convenait de donner tout son relief. On trouvera ici le texte retraduit et introduit de façon à en dégager l’argumentation, les sources et les enjeux psychanalytiques et anthropologiques. Il s’agit d’aider le lecteur à lire et à relire ce texte plein de surprises et de rebondissements. Un corps de notes historiques et critiques permet d’éclairer une à une les allusions présentes. De plus, un glossaire détaillé aide le lecteur, germaniste ou non, à se familiariser avec le travail de la langue, solidaire de la pensée et de l’écriture freudiennes.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , , .